Ovino c'est votre distributeur de vin naturel, vin bio, vin biodynamique et vin sans sulfite.


Vin naturel, vin bio?

Pourquoi avoir choisi de ne distribuer que des vins naturels, bio, voir biodynamiques?

Avant tout, pour soi. En effet, si l'on ne construit pas une maison qui on l’espère durera 100 ans en utilisant de mauvais matériaux; il en est de même pour nous. Notre corps est constitué des différents nutriments que nous ingérons, être en bonne santé implique de faire attention à ce que nous consommons. Le plus frais possible, le moins modifié possible et tant qu’à faire avec une diversité de goût...

Le vin est un produit transformé, en théorie uniquement du jus de raisin fermenté. Mais si le jus n'est pas de qualité, de nombreux additifs aiderons à rendre ce jus buvable. On se souvient tous de vins de piètre qualité, qui nous ont laissé pour signature un mal de tête ou un problème d'acidité. Ce n'est pas ce type de vins que vous retrouverez à notre catalogue. Les produits que nous distribuons ont été soigneusement sélectionnés, ils sont le fruit du travail de passionés qui réfléchissent à ce qu'ils produisent et à comment il le produise.

Au fil des différents scandales du secteur agro-alimentaire, nul ne peut plus ignorer que certaines pratiques ne sont pas mises en place pour le consommateur mais bien pour augmenter les profits d’une poignée d’entreprises : les majors de l’alimentation, mais aussi les semenciers et les chimistes.

Pourquoi il a t'il eu un essor de l'agriculture intensive? Initiallement pour des intentions tout à fait louables, après la seconde guerre mondiale, il fallait augmenter la productivité à tout prix pour nourrir des populations en plein essor démographique. Cette nécessité accompagnée du développement de molécules miracles, engrais et pesticides ; et de la mécanisation de l’agriculture,  permis d’augmenter la productivité dans des proportions extraordinaires. Ce fut également la naissance des géants du secteur agro-industriel, qui n’ont eu de cesse que de pousser à la productivité. Ces développements furent faits au détriment de la qualité des produits. Pas de recherche de qualité gustative ou de contenu en nutriments. Le prix des produits s’exprime au poids et non en fonction de sa valeur pour le corps humain. Il s’en suivi une uniformisation du goût et le développement de la malbouffe. Cette malbouffe et ces hamburgers disponibles pour tous furent le grand succès de l’agriculture moderne. Les calories étaient à présent disponibles pour tous.

 Au-delà des soucis de santé publiques liés à une alimentation déséquilibrée, l’addition de l’usage des molécules miracles nous est maintenant présentée sous forme de toutes sortes de joyeusetés comme cancer et compagnie mais aussi par exemple la maladie de Parkinson, reconnue comme maladie professionnelle chez l’agriculteur en France. Cette dernière information ayant une résonance particulière pour moi qui travaille dans un centre de recherche sur Parkinson et dont certains collègues étudient la maladie en donnant des pesticides à des cultures cellulaires de neurones...

 Du côté environnement, le bilan est également désastreux, avec des sols qui ressemblent à la lune. Ci-dessous, une série d’image prises en mai 2016 en Champagne, rassurez-vous, il ne s'agit pas de nos producteurs...

 

Bon il n’y a pas d’herbe et alors ?

Il n’y a pas d’herbe mais en plus le sol est compact, dur comme du béton et complètement mort. Alors que nous avons fait des kilomètres dans les vignes, nous avons croisé très peu d’insectes, d’oiseaux,… alors que l’on est au printemps !

On s’en fou du moment que le champagne est bon ?

Peut-être, mais c’est aller vite en besogne. Le sol ravagé empêche un développement adéquat de la vigne. Un sol compact, dur comme du béton avec une biodiversité quasi nulle. Et ces auxiliaires invisibles que sont les insectes et autres bactéries ne sont plus là pour faire le travail ingrat de mise à disposition de nutriments pour les plantes. Les racines des vignes ne peuvent se développer librement. Il s’en suit la nécessité de recourir à de plus en plus de traitement pour éliminer insectes, champignons,…cycle infernal sans fin qui ne permet à la vigne que de produire des raisins pauvres en nutriments et déséquilibrés.

Il n’y a pas de miracle, le jus en cave donnera lui aussi quelque chose de piètre qualité. Et le producteur de s’en remettre à l’œnologue, qui en étroite collaboration avec les distributeurs de produits fournira produits chimiques, enzymes et autres levures aromatiques pour tenter de faire quelque chose de buvable. Plus les années passent, plus le sol est dégradé, et plus les additifs doivent se multiplier pour compenser. Est-il étonnant que l’on aie mal à la tête après avoir dégusté ces "vins" ?

Conscient que ce que nous avons dans le verre provient de la terre, l’ensemble des vins proposés par Ovino est bio.

 

Voici, a titre de comparaison, quelques images de l'un de nos domaines, également au printemps : Castello di Tassarolo. 

Où vous promèneriez-vous? 

En Champagne ou ici?

 

Titouan et Henry qui travaillent le sol

Rufus en pleine action au soleil...

 


Si vous voulez en savoir plus sur l'importance des sols, jetez un oeil aux écrits de Claude et Lydia Bourgignon: http://www.lams-21.com/artc/1/fr/

 

Pourquoi la biodynamie, le vin naturel,... ?

Le bio a le vent en poupe, de plus en plus de consommateurs sont prêts à débourser un peu plus, dans l’espoir de consommer des produits plus sains. Dès lors, les marginaux ayant choisi cette filière sont rejoints par des industriels qui y voient ici aussi des opportunités financières. Sur base de recommandations des industriels, les cahiers des charges du bio sont mis sous pression afin d’apporter plus de flexibilité sur certains concepts.  

Petit à petit, on ne s’y retrouve plus dans le bio. Il devient nécessaire de se renseigner sur le producteur pour savoir exactement quelle est sa philosophie. Est-ce quelqu’un convaincu par le bio ou un opportuniste ?

Quelle différence cela peut-il faire ? En théorie aucune. Toutefois en pratique, nous avons constaté que l’opportuniste s’autorise certains raccourcis et rajoute même parfois des produits non autorisé les mauvaises années.

Comment est-ce possible ? Si le producteur est bio, il est certifié donc on fait des analyses ? Oui, mais encore faut-il savoir quoi chercher et à quel moment. Les moyens des organismes certificateurs ne sont pas infinis, on ne peut tout analyser tout le temps.

Difficile dès lors d’avoir confiance en son fournisseur, sauf si l’on s’efforce de le connaître et de comprendre ses convictions. C'est ce que nous faisons lors de nos visites: nous échangeons sur les produits mais aussi sur la nature, la place de l'homme sur terre, ce qui a poussé un producteur à s'orienter vers le bio, la biodynamie... à chaque fois de beaux échanges, et pour nous l'opportunité de sonder ce qu'il y a derrière la façade.

Il s'en suit une sélection des producteurs très exigeante, pour chaque producteur retenu pour notre catalogue, de nombreux autres sont écartés, même bio ou biodynamique. En effet, Ovino a choisi de ne travailler qu’avec des vignerons déterminés à produire des vins les plus authentiques possibles, qui mettent la qualité du raisin au centre de leur réflection pour éviter les artifices.

 

Prenez soin de vous, tous nos vignerons sont des intègres du bio!

La toute grande majorité de nos vignerons va au-delà du bio, et pratique la biodynamie…vous trouverez la mention biodynamie à côté des flacons concernés.

Qu’est-ce que la biodynamie ?

Technique d'agriculture ou philosophie? Difficile à dire. En biodynamie, le domaine agricole est considéré avec énormément de respect, un peu comme un organisme vivant, on le cultive avec le moins d'intrants possible, on favorise la biodiversité et on utilise des préparations de plantes diluées que l'on vaporise pour renforcer les plantes, et ce en fonction de la position des astres...faites vous votre idée et documentez vous, il n'est jamais trop tôt pour apprendre de nouvelles choses, s'imprégner de nouveaux points de vues.

Tout comme l'homéopathie ou l'osteopathie, on sait pas trop pourquoi ni comment, mais ca marche. En pratique, il s'agit de cultiver en suivant les cycles des astres. Il y a des jours feuilles et des jours racines, en fonction de ce que l'on veut faire, par exemple planter des carottes, il vaut mieux attendre un jour racine. Fils de bucheron, je me souviens de discussion avec mon père qui m'expliquait que les anciens souhaitant faire des meubles ne coupaient le bois qu'à une période précise de l'année, quand la sève était au plus bas, de façon à obtenir les bois les meilleurs. A l'époque, on prenait le temps de vivre et de comprendre la nature.

Si en agriculture biologique on essaye de ne pas abimer la nature, en biodynamie on l'améliore. En biodynamie, la biodiversité de chaque élément consituant la biosphère est favorisée. Qu'il s'agisse des insectes ou même des bactéries du sol. 

Vous pouvez penser ce que vous voulez de la biodynamie, par contre nous vous défendons de douter du dévouement et des efforts déployés par nos vignerons. En effet, préparer des décoctions de bouse de vache, s'astreindre à suivre les calendriers lunaires, et travailler énormément pour être toujours au plus proche de la vigne demande un courage, une passion colossals. Cette passion continue une fois le raisin rentré dans la cave. On veut limiter les intrants au maximum et dès lors, on travaille plus on prend un peu de risque mais on fourni un produit d'exception.

Euh, et puis savez vous que la Romanée Conti, vin de bourgogne le plus cher au monde est en biodynamie? Comme quoi il n'y a pas que des poètes ésotériques qui croient en cette méthode de culture, alors à vos calendriers lunaires pour votre potager?

La biodynamie, c'est le respect de l'environnement, le respect du sol, le respect des plantes, et bien sûr le respect du produit final.

Quel meilleur matériau que du vin biodynamique pour vous construire?